Sécurité et droits humains : quelles zones de compatibilité ?