Par PETER JONES
Note du CÉPI No.15, mars 2012

  • La situation interne de l’Iran est troublée et s’empire, mais il est impossible de prédire combien de temps le régime tiendra.
  • L’Iran est sortie grande perdante du Printemps arabe en termes d’alliances et d’influence dans le monde arabe.
  • Puisque les démarches de l’Iran en vue d’acquérir l’arme nucléaire sont vraisemblablement motivées par son intérêt à se défendre, il est irresponsable pour le Canada et d’autres de s’engager dans une rhétorique conflictuelle.

  Version intégrale (disponible en anglais seulement)

Peter Jones est professeur agrégé à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa. Cette note est adaptée de son témoignage au Comité du Sénat pour les Affaires étrangères et le Commerce international le 8 février 2012.