par ALEX NEVE
Feuillet de travail du CÉPI, novembre 2010

  • Omar Khadr, le seul citoyen canadien toujours gardé dans un établissement de détention américain à la Baie de Guantánamo, a subi une procédure nettement injuste, pendant les derniers jours suivant son acceptation de la présentation d’un plaidoyer de culpabilité. Il s’agit d’une procédure qui a refusé à chaque détour de prêter une attention sérieuse aux préoccupations pressantes en matière de droits humains.
  • On a passé outre qu’il n’était âgé que de 15 ans lorsqu’on a procédé à son arrestation, et qu’il avait été depuis longtemps propulsé vers un monde d’extrémisme et de violence par un père fanatique.
  • Il est renversant de constater la détermination acharnée avec laquelle les administrations américaine et canadienne ont fait des pieds et des mains pour prétendre que les normes internationales exécutoires en matière de droits de la personne traitant de la protection et de la réadaptation des enfants-soldats ne sont pas pertinentes dans cette affaire. Alex Neve est secrétaire général d’Amnistie internationale Canada et a été l’un des rares juristes en droits humains internationaux autorisé à assister en tant qu’observateur au procès contre Omar Khadr, un citoyen canadien.

x Version intégral (disponible en anglais seulement)

Alex Neve est secrétaire générale d’Amnistie Internationale Canada et a été l’un des rares avocats internationaux des droits de la personne à qui l’on a permis d’observer la procédure engagée contre Omar Khadr, un citoyen canadien.