par Oskar N.T. Thoms, James Ron et Roland Paris

Feuillet de travail du CÉPI, avril 2008

  • Ce feuillet de travail passe en revue l’état des connaissances empiriques sur les effets des mécanismes de justice transitionnelle.
  • La justice transitionnelle renforce-t-elle ou menace-t-elle plutôt la paix dans les sociétés en transition? Mène-t-elle à plus grand ou à un moindre respect des droits humains et de la règle de droit? Favorise-t-elle la réconciliation ou exacerbe-t-elle plutôt les divisions?
  • Le temps est venu pour les décideurs locaux et internationaux de traiter de ces questions à l’aide de preuves amassées et analysées de façon systématique.

 Version intégrale (disponible en anglais seulement)

Oskar N.T. Thoms est associé de recherche en résidence au CÉPI. Il a auparavant agit à titre de consultant sur des projets de recherche pour le Ministère des affaires étrangères et du commerce international du Canada (MAÉCI) et pour l’Agence canadienne de développement international du Canada (ACDI).

James Ron est professeur associé à la Norman Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton. Il a mené des projets de recherche soutenus par le MAÉCI et l’ACDI et a travaillé en association avec Human Rights Watch, le Comité international de la Croix Rouge et Care-USA. Il est membre duHuman Rights Watch’s Canada Council.

Roland Paris est directeur du CÉPI et titulaire de la Chaire de recherche en sécurité et gouvernance internationales à l’Université d’Ottawa.