par Paul Robinson
Note du CÉPI No. 1, novembre 2008

  • Les mandats et activités des services de sécurité et de renseignement canadiens se sont grandement élargis depuis le 11 septembre, mais il n’y a eu aucune expansion correspondante de la surveillance civile de ces services.
  • Une veille améliorée est nécessaire pour s’assurer que les intervenants en sécurité et renseignement opèrent de façon légale et compétente.
  • Sans améliorations de la surveillance civile, l’expansion des activités de renseignement canadiennes pourrait devoir être revue.

 Version intégrale (disponible en anglais seulement)

Paul Robinson est professeur agrégé à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa. Il est un ex-agent du renseignement des forces militaires.