Comment les droits de la personne et la primauté du droit peuvent-ils survivre au désordre mondial?