Responsables

  • Rita Abrahamsen, École de développement international et mondialisation/École supérieure d’affaires publiques et internationales
  • Michael C. Williams, École supérieure d’affaires publiques et internationales

Aperçu

  • L’extraction des ressources en Afrique a récemment été l’objet d’un examen minutieux de la part des intervenants internationaux, avec des préoccupations selon lesquelles l’extraction du pétrole et des minéraux nuit au développement, augmente les conflits et affaiblit les États. Pourtant, à ce jour, on en connait très peu à propos de la sécurité privée dans le secteur de l’extraction des ressources. Les acteurs de la sécurité mondiale et leurs clients participent de plus en plus aux processus de formation et de gouvernance des États, et le projet analyse ces dynamiques dans quatre pays : le Ghana, Madagascar, le Nigeria et la Tanzanie. Ce projet cherche à combler cet écart de connaissances, et à examiner les façons dont la sécurité privée s’inscrit dans une reconfiguration des autorités gouvernementales et des pouvoirs politiques. Le projet se concentre en particulier sur les activités des entreprises d’extraction des ressources canadiennes, qui figurent parmi les joueurs les plus importants du continent africain.