Le revers menaçant de la libération des arabes

Cet article a originalement paru en anglais dans le blogue du Conseil International du Canada : opencanada.org. Les chrétiens coptes ont une bonne raison de s’inquiéter dans la nouvelle Égypte. La révolution populaire, dirigée par les jeunes démocrates séculiers qui ont réussi à enverser le régime de Hosni Mubarak, a également déchaîné les sombres préjugés de

Cet article a originalement paru en anglais dans le blogue du Conseil International du Canada : opencanada.org.

Les chrétiens coptes ont une bonne raison de s’inquiéter dans la nouvelle Égypte. La révolution populaire, dirigée par les jeunes démocrates séculiers qui ont réussi à enverser le régime de Hosni Mubarak, a également déchaîné les sombres préjugés de certains Égyptiens musulmans contre leurs compatriotes chrétiens, qui représentent environ 10 p. 100 de la population du pays. La vague de violence qui a déferlé le week-end dernier – et dans laquelle des milliers de Coptes qui protestaient contre l’incendie délibéré d’une église ont été présumément attaqués par des brutes et les forces de sécurité égyptiennes – n’est que le plus récent exemple du revers menaçant du Printemps arabe.

L’attaque le mois dernier contre l’ambassade israélienne au Caire est un exemple antérieur qui illustre le phénomène. Pendant des heures, la police et l’armée égyptiennes se sont rangées de côté tandis que des protestataires démolissaient le mur de protection de l’ambassade et saccageaient l’immeuble. Cette attaque ne semblait pas non plus être l’œuvre de groupes islamistes. À la place, selon un témoin oculaire, la foule était « un amalgame de hooligans du soccer et de protestataires pro-démocratie ».

Bien entendu, les sentiments anti-coptes,anti-israéliens et anti-sémites ne sont pas nouveaux en Égypte, mais désormais ils peuvent s’exprimer par de la violence massive ou par les agissements des forces de l’ordre mêmes, ce qui témoigne des préjugés populaires. Pareils incidents servent à rappeler que l’extraordinaire fleurissement de la liberté politique en Égypte, comme ailleurs, découle du risque de ce que Edmund Burke qualifie de « tyrannie de la multitude ».

La Libye, un autre pays arabe qui amorce une transition prometteuse vers la démocratie, est également sujette à ce fléau. Le week-end dernier, des foules ont présumément convergé sur Tripoli et Benghazi pour exiger la déportation de David
Gerbi, un juif libyen qui a fui vers l’Italie en 1967 et qui est retourné en sol lybien plus tôt cette année pour participer à « l’édification d’une nouvelle Libye démocratique et pluraliste ». Psychanalyste de profession, M. Gerbi a d’abord offert bénévolement de son temps à Benghazi afin de traiter les soldats rebelles pour trouble de stress post-traumatique, puis s’est rendu à Tripoli où il a commencé à nettoyer une synagogue abandonnée depuis longtemps, qu’il espérait éventuellement rouvrir. Cette démarche a semble-t-il provoqué des démonstrations incitant le gouvernement provisoire libyen à expulser M. Gerbi et à empêcher d’autres juifs de s’établir au pays.

Ces incidents laissent entendre que les fougues intolérantes sont à peine dormantes en Égypte et en Libye. En effet, les autorités dirigeantes des deux pays semblent être conscientes de pareils dangers : les forces de l’ordre égyptiennes ont finalement prêté main forte aux fonctionnaires de l’ambassade d’Israël assiégée, les commandants militaires du pays ont maintenant enclenché des pourparlers d’urgence avec les représentants de la communauté copte traumatisée, et au moins deux membres du Conseil provisoire national de la Libye se sont rangés du côté de M. Gerbi à Tripoli et
ont invité les protestataires anti-juifs à se disperser.

Mais un point semble évident : il en faudrait bien peu pour exploiter ces vilains sentiments – ou pour les transformer en quelque chose d’encore plus terrible et dangereux.

Articles liés


Le blogue du CÉPI est écrit par des spécialistes en la matière.

Les blogs CIPS sont protégés par la licence Creative Commons: Attribution – Pas de Modification 4.0 International (CC BY-ND 4.0).


New conference: The Arctic Region in 2020

December 10th from 1:00pm-4:00pm, @OPSArctique will present the second annual review of Arctic developments, in partnership with @NAADSN_RDSNAA & @uOttawaCIPS.

Join us: https://bit.ly/3fxQGzY

A big thank you to all those who participated in our #Ottawa premiere of Astra Taylor’s #WhatIsDemocracy? The entire film and panel discussion will be available on the CIPS youtube channel in a few days: http://bit.ly/33iu80Y

Load More...