Comprendre l’Iran : le Printemps arabe, la question nucléaire et la réponse canadienne

Note du CÉPI No.15, mars 2012. Par PETER JONES. L’Iran est en eaux troubles à l’interne et la situation s’aggrave, mais il est impossible de prédire combien de temps le régime tiendra. L’Iran est sortie grande perdante du Printemps arabe en termes d’alliances et d’influence dans le monde arabe. Puisque les démarches de l’Iran en

Note du CÉPI No.15, mars 2012.
Par PETER JONES.

  • L’Iran est en eaux troubles à l’interne et la situation s’aggrave, mais il est impossible de prédire combien de temps le régime tiendra.
  • L’Iran est sortie grande perdante du Printemps arabe en termes d’alliances et d’influence dans le monde arabe.
  • Puisque les démarches de l’Iran en vue d’acquérir l’arme nucléaire sont vraisemblablement motivées par son intérêt à se défendre, il est irresponsable pour le Canada et d’autres de s’engager dans une rhétorique conflictuelle.

  Version intégrale (disponible en anglais seulement)

Peter Jones est professeur agrégé à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa. Cette note est adaptée de son témoignage au Comité du Sénat pour les Affaires étrangères et le Commerce international le 8 février 2012.

Articles liés


Le blogue du CÉPI est écrit par des spécialistes en la matière.

Les blogs CIPS sont protégés par la licence Creative Commons: Attribution – Pas de Modification 4.0 International (CC BY-ND 4.0).


Load More...