L’ironie de la Francophonie

L’ironie de la Francophonie

Alors que le Sommet de la Francophonie débute à Djerba en Tunisie, l’organisation et le monde francophone qu’elle représente sont confrontés à une profonde ironie. Les dignitaires du monde francophone ne manqueront pas à ce rendez-vous : Le Premier Ministre Justin Trudeau, la Ministre Melanie Joly et le Président Français Emmanuel Macron se joindront à d’autres


Alors que le Sommet de la Francophonie débute à Djerba en Tunisie, l’organisation et le monde francophone qu’elle représente sont confrontés à une profonde ironie. Les dignitaires du monde francophone ne manqueront pas à ce rendez-vous : Le Premier Ministre Justin Trudeau, la Ministre Melanie Joly et le Président Français Emmanuel Macron se joindront à d’autres dirigeants pour vanter la langue Français et les valeurs communes de la Francophonie. Mais dans les rues de l’Afrique francophone, les sentiments anti-Français sont palpables.


Dans la capitale du Burkina Faso, des gens ont mis le feu aux barricades devant l’ambassade de France, et des foules dans une ville de province se sont prises au centre culturel Français. AuTchad, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants irrités par le soutien de la France à un transfert inconstitutionnel du pouvoir à un conseil militaire. Au Mali, la France a été contrainte de retirer ses troupes et d’abandonner son opération de dix ans qui combattait les insurgés djihadistes.  Au Niger, les manifestants ont scandé « A bas la France », exigeant le départ des soldats français. En Côte d’Ivoire, en Algérie et au Maroc, l’animosité envers la France augmente ; le président algérien a qualifié la langue française  de « butin de guerre » et a introduit  l’enseignement de l’anglais dans les écoles primaires.  « Non à la France » est le sentiment collectif exprimé par des milliers d’Africains, en particulier les jeunes. 

Pourtant, l’Afrique est au cœur de l’avenir de la Francophonie et de la langue française.  Le nombre de locuteurs français en Afrique est plus élevé qu’en Europe.  D’ici 2050, plus de 70 % des francophones dans le monde seront africains. En d’autres termes, la Francophonie sera de plus en plus africaine, mais l’Afrique sera peut-être de plus en plus anti-française.

La Francophonie, c’est bien sûr plus que la France.  L’organisation  a été fondée au Niger en 1970 et se compose de 88 États et gouvernements, dont beaucoup sont dans les pays du Sud. Néanmoins, la France reste l’hégémon incontesté, économiquement, en tant que principale pourvoyeuse de fonds de la Francophonie et, sur le plan idéologique, en tant que centre historique du monde français. Dans le même temps, la Francophonie est hantée par l’histoire coloniale de la France, et de nombreux Africains font peu de distinction entre la Francophonie et la Françafrique, le terme péjoratif pour désigner la sphère d’influence de la France sur le continent dans la période post-indépendance. Selon le romancier congolais Alain Mabanckou, « la Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies. »

La déclaration de Mabanckou est tirée d’une lettre ouverte au président Macron, écrite après que le président l’ait invité à participer à un projet de réflexion sur le rôle de la Francophonie et de la langue française. En tant que premier Président Français né après la fin du colonialisme, Macron a fait plus que ses prédécesseurs pour réinitialiser les relations du pays avec l’Afrique, notamment en restituant les œuvres d’art pillées et en demandant pardon pour le rôle de son pays dans le génocide rwandais. Pourtant, le ressentiment contre la France n’a cessé de croître. 

Les raisons sont nombreuses. La jeune population africaine a soif de changement. Beaucoup considèrent la France et la Francophonie comme des reliques d’une époque révolue, servant principalement à protéger la vieille garde des dirigeants antidémocratiques. Pour eux, comme pour Mabanckou, la Francophonie n’a pas condamné « les régimes autocratiques, les élections truquées, le manque de liberté d’expression, etc., des monarques qui s’expriment et assujettissent leurs populations en Français ». L’incohérence de la politique étrangère française a également joué un rôle important : Par exemple, le Président Macron a dénoncé le coup d’État au Mali mais a soutenu le transfert inconstitutionnel du pouvoir au Tchad.

La jeune population africaine a soif de changement. Beaucoup considèrent la France et la Francophonie comme des reliques d’une époque révolue, servant principalement à protéger la vieille garde des dirigeants antidémocratiques.

Plus important encore, peut-être, la détérioration de la situation sécuritaire au Sahel alimente la flamme anti-française. Malgré le déploiement de plus de 5 000 soldats dans la région, la France n’a pas été en mesure d’arrêter la propagation des militants djihadistes et leurs attaques violentes contre les communautés locales. Bien qu’il soit injuste et simpliste de blâmer uniquement la France, leur échec et leur retrait éventuel du Mali ont jeté le doute sur les intentions et l’utilité de l’engagement français, ce qui a nui à l’image et au prestige de la France. Pour les dirigeants africains qui manquent eux-mêmes d’une stratégie claire dans la lutte contre les militants, faire de la France un bouc émissaire est une stratégie de diversion opportuniste, même si elle ne résout pas leurs problèmes politiques et sécuritaires. Les chefs militaires et les putschistes, en particulier, ont été à l’avant-garde de l’instigation du ressentiment populiste contre la France. La Russie et sa société de mercenaires, Wagner, se sont empressées de s’engouffrer dans le vide laissé par une France en retraite dans certains de ces pays.

Les défis sont immenses pour la Francophonie et pour le Canada en tant que membre clé et deuxième principal donateur de fonds de l’organisation. Alors que les dirigeants du monde Français se réunissent à Djerba, le Secrétaire général de la Francophonie a appelé les États membres à redoubler d’efforts pour assurer le maintien et la protection de la langue française. Ils devraient se préoccuper davantage de sauver la Francophonie du ressentiment contre la France. Le Français est aujourd’hui une langue africaine, vivante et vibrante, mais l’institution dédiée à sa promotion perd de sa pertinence et de sa légitimité populaire.

Le Canada peut jouer un rôle important. Contrairement à la France, le Canada n’a pas d’histoire coloniale en Afrique francophone et pourrait contribuer à rompre les liens réels et perçus entre la Francophonie et la Françafrique. Une telle stratégie, cependant, dépendra de manière cruciale de la France et de ses intérêts sur le continent africain.

Articles liés


Le blogue du CÉPI est écrit par des spécialistes en la matière.

Les blogs CIPS sont protégés par la licence Creative Commons: Attribution – Pas de Modification 4.0 International (CC BY-ND 4.0).


Load More...