Le pari nucléaire de l’Iran, le Canada et le second mandat d’Obama

Note du CÉPI no.21, mars 2013. Par JOHN MUNDY. La guerre avec l’Iran est plus proche que nous le croyons, mais elle n’est pas inévitable. Si la guerre avec l’Iran a lieu, la victoire tactique probable des États-Unis (et des pays qui les appuient) sera accompagnée d’une plus grande défaite politique et stratégique due à l’ampleur

Note du CÉPI no.21, mars 2013.
Par JOHN MUNDY.

  • La guerre avec l’Iran est plus proche que nous le croyons, mais elle n’est pas inévitable.
  • Si la guerre avec l’Iran a lieu, la victoire tactique probable des États-Unis (et des pays qui les appuient) sera accompagnée d’une plus grande défaite politique et stratégique due à l’ampleur et à la nature des possibles pertes civiles iraniennes.
  • La crise actuelle pourrait être résolue à l’aide d’une approche alternative basée sur un dénouement politique acceptable pour les deux parties et qui incluerait un ensemble de facteurs plus large que l’unique problème nucléaire.

 Version intégrale (en anglais seulement)

John Mundy est associé en résidence au CÉPI et un ancien diplomate canadien.

Articles liés


Le blogue du CÉPI est écrit par des spécialistes en la matière.

Les blogs CIPS sont protégés par la licence Creative Commons: Attribution – Pas de Modification 4.0 International (CC BY-ND 4.0).


Load More...